Voir les opérateurs
    • Mentions légales
    • Introduction
    • Première partie La fiction de la traduction, « scène originaire » du genre romanesque
      • Chapitre premier Formes de la traduction médiévale
        • Translation et continuité historique
        • Les noms latins de la traduction
        • Influence de la culture et de l’éducation latines
        • Traduire au Moyen Âge
        • Diglossie et répartition des discours
      • Chapitre II Émergence du roman
        • De l’histoire au roman
        • De la traduction à l’invention
      • Chapitre III Traduction fictive et fiction romanesque
        • Typologie des traductions fictives
        • Hue de Rotelande : fiction de la traduction, subversion de la tradition
        • Traduction et subversion de la source
        • De la matière de Bretagne au livre du Graal
        • La naissance du topos
        • Conclusion
      • Chapitre IV De la Translatio à la Traductio  ?
        • Révolution méthodologique ou innovation terminologique ?
        • Gianfranco Folena : la traduction comme changement de méthode
        • L’invention humaniste de la traduction philologique
        • Le style, c’est l’auteur ?
      • Chapitre V Configurations typographiques
        • Du manuscrit au livre imprimé
        • Le statut paradoxal du manuscrit
    • Deuxième partie « Vieux romans » et traductions nouvelles, l’héritage médiéval à la Renaissance
      • Chapitre VI Le roman de chevalerie espagnol
        • Chroniqueurs et enchanteurs
        • L’Amadís de Montalvo, entre Moyen-Âge et Renaissance
        • Songe en traduction
      • Chapitre VII Le roman de chevalerie en France, traduction réelle et originaux fictifs
        • Licence traductive et liberté romanesque
        • Traductions authentiques et originaux fictifs
      • Chapitre VIII Le roman de chevalerie : entre fable et histoire, arguments pour un genre ambivalent
        • Histoires fabuleuses
        • Les romans de chevaleries, vraies fausses histoires ?
        • Les moralistes érasmisants et la critique des romans de chevalerie
        • Le masque déformé de la chronique
      • Chapitre IX Fiction philologique, innovations romanesques
        • De la critique philologique à une nouvelle historiographie
        • Portrait d’un humaniste en homme du livre
        • Gargantua
        • D’un livre (presque sans) exemplaire : le Cymbalum mundi
        • Conclusion
    • Troisième partie Entre falsification historique et reconnaissance topique : l’affirmation de la fiction
      • Chapitre X Amyot et l’Histoire éthiopique  : traduction philologique et fiction érudite
        • D’une fiction philologique
        • L’érudition contre le romanesque
        • Suspense et ordo artificialis
      • Chapitre XI Héritages d’Amyot : traduction érudite et fiction moderne
        • Barthélémy Aneau : l’invention romanesque du manuscrit lacunaire
        • Martin Fumée et le sérieux de la fiction
        • Réception ambiguë d’Alector et Du vray et parfait amour
      • Chapitre XII « Ceci n’est pas une traduction », ou comment définir le roman contre les falsifications historiques
        • Histoire et fiction : contexte culturel et énonciation romanesque
        • Histoire d’un nom d’historien
        • L’histoire, entre roman et falsification et d’une traduction fictive
        • Idéologie nationale et fondation religieuse
        • Échos des falsos cronicones dans l’œuvre cervantine
      • Chapitre XIII L’affirmation de la fiction
        • Visibilité d’un traducteur anonyme
        • Théorie cervantine de la traduction
        • La traduction, révélateur de la fiction
        • Du livre au manuscrit : un monde de papier
        • Conclusion
    • Conclusion
    • Bibliographie
      • Corpus
        • Moyen Âge
        • xvie -xviie  siècles
        • Autres pseudo-traductions citées
      • Autres œuvres citées
      • Dictionnaires et bibliographies
      • Bibliographie secondaire
    • Index
    • Table des matières
La traduction fictive : motifs d'un topo…
Vous n'avez pas accès à lecture de cet ouvrage

Vous consultez :

Titre du chapitre: Page de titre

Pages :

Source :

Watier, Louis.
La traduction fictive : motifs d'un topos romanesque.
Genève: Librairie Droz, 2020
9782600060189

Pour citer ce chapitre :

Watier, Louis.
Chap. « Page de titre » in La traduction fictive : motifs d'un topos romanesque.
Genève: Librairie Droz, 2020

Pour citer un extrait :

Les numéros de pages de la version papier ont été conservés en marge droite du texte sous la forme p. AAA et les numéros de notes conservés à l'identique.

Ce livre numérique peut donc être cité de la même manière que sa version papier.

PDF généré dans le cadre de la licence nationale Istex, depuis le XML-TEI des portails Droz

© Librairie Droz S.A. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit

Travaux d’Humanisme et Renaissance
DCXI
Louis Watier
La traduction fictive :
motifs d’un
topos
romanesque
LIBRAIRIE DROZ
11, rue Massot
GENÈVE
2020

Enregistrer la citation

     

Ajouter une note


Signaler une coquille

     

Ajouter une note


L'enregistrement à été ajouté à votre page de citations

La coquille à bien été signalée à l'éditeur. Merci !

Aide