Vous consultez :

Titre du chapitre: Page de titre

Pages :

Source :

de Bèze, Théodore.
Correspondance. Tome XXXV, 1594.
Ed. Hippolyte Aubert et al..
Genève: Librairie Droz, 2011
9782600015509

Pour citer ce chapitre :

de Bèze, Théodore.
Chap. « Page de titre » in Correspondance. Tome XXXV, 1594.
Ed. Hippolyte Aubert et al..
Genève: Librairie Droz, 2011

Pour citer un extrait :

Les numéros de pages de la version papier ont été conservés en marge droite du texte sous la forme p. AAA et les numéros de notes conservés à l'identique.

Ce livre numérique peut donc être cité de la même manière que sa version papier.

PDF généré dans le cadre de la licence nationale Istex, depuis le XML-TEI des portails Droz

© Librairie Droz S.A. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit

Travaux d’Humanisme et Renaissance
CDXC
Société du musée historique de la Réformation
THÉODORE DE BÉZE
CORRESPONDANCE
Tome XXXV (1594)
recueillie par Hippolyte Aubert ; publiée par Alain Dufour, Béatrice Nicollier et Hervé Genton
LIBRAIRIE DROZ
11, rue Massot
GENÈVE
2011
All rights reserved. No part of this book may be reproduced
or translated in any form, by print, photoprint, microfilm, microfiche or any
other means without written permission from the publisher.
Le roi Henri IV domine ce volume, comme le précédent. Il avait peine à faire admettre sa conversion aux protestants de France. Il lui vint l'idée de s'adresser à Bèze, qui savait de quel poids la politique pèse sur le destin d'un roi. Tout commence par une lettre autographe aussi charmante que vague ; le roi compte sur Monsieur de Bèze, et sous-entend : mon ambassadeur vous dira pourquoi. Cette lettre, reproduite en image, que l'on a cru de 1596 a retrouvé sa date : 30 janvier / 9 février [1594], qui lui donne tout son sens sous-entendu. En effet, Bèze se rend à Soleure pour entendre Nicolas Brûlart, seigneur de Sillery, l'ambassadeur de France. Bèze s'astreint donc à calmer les protestants français : il ne saurait être question de prendre les armes. On ne prend les armes que contre un tyran manifeste, alors que le roi Henri IV est le meilleur des monarques, un vrai don de Dieu. Bèze saura améliorer le sort des protestants de France : patientez, leur dit-il. Et de fait, l'Edit de Nantes arrivera en 1598. Ce volume contient donc un des applications des principes du Droit des magistrats. En outre, le lecteur y trouvera la menace turque contre l'Europe et la menace savoyarde contre Genève, avec encore deux documents étonnants de l'archevêque de Canterbury sur le fonctionnement de l'Eglise anglicane, destiné à convaincre Bèze de l'excellence de celui-ci, et finalement encore une série de treize lettres retrouvées du comte de Sayn-Wittgenstein à Bèze, lettres qui complètent celles qui furent publiées de Bèze au comte dans les précédents volumes.

Enregistrer la citation

     

Ajouter une note


Signaler une coquille

     

Ajouter une note


Aide

L'enregistrement à été ajouté à votre page de citations

La coquille à bien été signalée à l'éditeur. Merci !

Sélectionnez d'abord le texte érronée
Chapitre suivant
Chapitre précédent
Cet ouvrage n'est pas accessible dans le cadre de votre abonnement.